AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Livre Premier - Chapitre 2 : Distorsion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
B. Slothman

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 30/12/2016

MessageSujet: Livre Premier - Chapitre 2 : Distorsion   Mer 8 Mar - 22:55

Au nord du Queens, à Bay Terrace. Le centre de loisirs Sunshine Camp vient de fermer ses portes pour un mois en raison de travaux dans le hall.

Derrière le bâtiment, devant le parking du personnel. Edward s'allume une cigarette. Des Lucky Strike, toutes blanches. C'est ce qu'il préfère. C'est le meilleur moyen de voir ce qu'on goûte en les portant à ses lèvres. Souvent, en soirée, il fait prendre la première taffe à celle qui l'accompagne, histoire qu'elle laisse un peu de rouge à lèvres sur le filtre. Cette texture, ce goût ajouté lui semble aussi indispensable que le sel dans un plat.

Mais aujourd'hui, il n'est pas en soirée, ni même accompagné. C'est plutôt le contraire. Il est seul, entre la façade grise et le bitume, sous un ciel blanc et nuageux. Dans ces moments-là, il sort son paquet fétiche, celui dont les cigarettes ont été frottées à des feuilles de menthe ou bien à des fleurs parfumées.

En réalité, il a sorti ce paquet parce qu'il attend. Et ça fait bien dix bonnes minutes qu'il est entre la sortie de secours et le lampadaire. Dix putains de minutes qu'il aurait pu passer à rentrer chez lui et se faire une sieste. D'ailleurs il pourrait très bien y aller, mais non. Il ne peut pas parce que l'autre a promis qu'il arriverait en temps et en heure au point de rendez-vous. Tu parles d'un deal. Il va se ramener, comme ça, les mains dans les poches avec son air faussement détendu. Il va simplement sortir la pochette de weed de son froc et la balancer derrière une poubelle avant de venir vers moi pour prendre son magot. Tu le crois ça ? Et le mieux dans toute cette connerie, c'est qu'on aura pas échangé un seul mot. Seulement un regard de confirmation, un demi-sourire au coin de l'oeil pour lui.

Edward tire une cigarette du paquet, la met sous son nez pour sentir l'odeur mêlée de papier, de tabac et de menthe. Puis il l'allume en plissant les yeux, la tête légèrement penchée en avant. Il tire un bon coup sur la première bouffée, aspire l'air et bloque son souffle en relevant la tête. Il adore ces gestes. Ça lui donne un côté scrutateur et mystérieux. Il finit par souffler la fumée par le nez, sentant la fraîcheur légère et l'odeur de la menthe. Pendant ce petit rituel qui le fait patienter, il regarde la rue en face. Un vieil homme passe lentement au coin du croisement et sourit en le voyant.

Une seconde... Il lui a vraiment souri ? Edward hausse les sourcils, incrédule. Qu'est-ce qui a bien pu lui venir à l'esprit pour qu'il tourne la tête vers lui et qu'il sourie ? Il ne comprend pas pourquoi un petit vieux l'aurait remarqué depuis ce croisement. Il l'a grillé ou bien ? Il a compris pourquoi Edward attend là, tout seul à fumer sa misérable clope parce qu'il ne sait rien faire d'autre pour attendre un crevard qui ne va sans doute pas débarquer parce qu'il s'est trouvé un plan sans prévenir ? Fait chier ! … Mais qu'est-ce qui se passe ? Décidément, il a dû mettre un peu de LSD avec la menthe sans faire gaffe. C'est pas prudent, putain. Faut vraiment arrêter les conneries et trier les produits et les plantes. Après, on se retrouve à voir des amis imaginaires improbables. Franchement, tu dérouilles complètement. Pauv' type.

Il regarde à nouveau vers le croisement de la rue d'en face mais le vieillard n'est plus là. Une jeune femme, aux longs cheveux bruns et en robe bleue marche rapidement vers le croisement. Arrivée devant le passage piéton, elle hésite et regarde autour d'elle. Edward se tourne sur le côté pour ne pas qu'elle le remarque. Lorsqu'il tourne légèrement la tête pour l'observer, elle a déjà disparu.

Il regarde son portable pour vérifier l'heure. 19h14. Il prend une inspiration et la bloque. Ses tempes commencent à palpiter, à se contracter. Il commence à s'impatienter. Il sent la fièvre sous ses paupières, la fatigue et l’énervement qui l'enlacent lentement. Il relâche son souffle d'un coup puis reprend une taffe. Il aspire de l'air en relevant la tête, regarde le ciel pour y trouver un espace sans nuage. Sans succès. Tout est blanc, là-haut. Comme du coton sale, avec des ombres grises. Il lui semble que son ombre s'étire et se déforme lentement. Sa concentration l'a mis comme dans un état second, pris d'un léger vertige. Il relâche son front et fronce légèrement les sourcils. L'ombre s'étire encore, s'allonge et s'affine.


(…)


Il ne cligne même plus des yeux. Son souffle est devenu si léger qu'il est imperceptible.


(…)


Il s'est perdu dans ses pensées.


(…)


D'un coup, ses pupilles se resserrent. Il reprend brusquement conscience. Il secoue la tête. Les nuages se sont un peu dispersés mais le soleil est en train de se coucher. Combien de temps s'est-il passé depuis qu'il s'est perdu dans le vague ? Aucune idée. Il regarde sa montre. 19h38. Il regarde à gauche et à droite pour vérifier si l'autre n'est pas en train d'arriver. Personne... Il se tourne vers la poubelle. Aucune pochette à son pied...

- Hey mec ! Qu'est-ce que t'as ? On dirait que t'as vu un fantôme. Regarde-toi, t'es tout pâle !

Edward a senti son cœur s'emballer. Un énorme frisson lui a secoué la poitrine jusqu'aux coudes. Mais qu'est-ce qui lui a pris de me parler comme ça ? Et surtout par surprise, aussi fort ! Et surtout dans un endroit pareil !

- Bon. Content que t'aies attendu quand même. J'ai pas le truc, mais si tu veux le récupérer, suis-moi. Après ça, je vais t'emmener directement voir des clients. Ils sont durs en affaire, mais crois-moi, mon gars, tu vas avoir la trique en voyant les valises pleines de billets ! Héhéhéhé !
- Mais qu'est-ce que tu branles ?
- Quoi ? Oh ! Calme, hein !
- Ça fait bien trois quarts d'heure que je fais le piquet ici, et toi, comme d'hab', tu débarques comme une fleur...
- Écoute, gars. Tu comprends pas. Kit est avec ces gars de Manhattan. Il a tout ce qu'il faut, t'as juste à ramener ton cul vite fait...
- D'où tu me parles ici, en gueulant en plus. T'as qu'à me faire le coup devant les flics, comme ça on sera sûrs d'être cuits !
- Hey, mollo, mec. Moi j'apporte des solutions ok ? Tu veux ton deal ? Je te l'apporte sur un plateau d'argent ! Alors me fais pas chier.
- … Bon. Et c'est où d'abord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Livre Premier - Chapitre 2 : Distorsion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre Premier - Chapitre 1
» Semaine 1: Prologue et livre 1er, chapitre 1
» roman fantastique -- premier chapitre
» Semaine 5: Livre 1er, chapitre 8 et livre 2e, chapitre 1
» [Zusak, Markus] La Voleuse de Livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sloth :: Ecriture en solo-
Sauter vers: